Un chien d`utilité à multiples facettes

Beaucoup de gens s'enthousiasment pour le berger des Pyrénées parce qu'il est petit, expressif, malin et pas sophistiqué. Mais ces quelques aspects ne suffisent pas à définir ce chien.

Il faut, quelle que soit la race qu'on envisage, s'interroger sur son origine et réfléchir à l'utilisation qu'on veut en faire.Le berger des Pyrénées est avant tout un chien de troupeau qui assume de multiples activités à la ferme en hiver et dans les pâturages d'alpage l'été, menant principalement les brebis, mais aussi le gros bétail, les chevaux, les cochons et volailles. Il travaille aussi bien sous le contrôle direct du berger (entrée et sortie de bergerie, contention lord de la traite, mise en parc, triage, changement de pâturage, conduite sur route ou le long de cultures) que de façon autonome (chercher les bêtes à grande distance, garder seul). Contrairement au border collie, le berger des Pyrénées cherche le contact avec le troupeau et travaille près des animaux. Dans ces activités, il parcourt sans problème 40 à 60 km par jour et nettement plus en transhumance.

D'où l'exigence du standard qui veut un minimum de taille et de poids alliés à un maximum d'influx nerveux. La méfiance fait également partie de son caractère. Le berger des Pyrénées possède une bonne dose de vigilance, de sens de protection et d'instinct de propriété. Il coule de source qu'un chien de 10 kg toisant 43 cm au garrot doit faire preuve de courage, d'énergie et de mordant pour faire entendre raison à des béliers de 100 kg ou à des taureaux. Sa souplesse, sa détente et sa grande endurance, tant physique que psychique, sont remarquables.

Le berger des Pyrénées est sensible, très dévoué à son maître, mais se montre souvent têtu et emporté. On comprend d'emblée qu'un tel chien a un immense besoin de mouvement et d'activité. Si le berger des Pyrénées ne vit pas dans une ferme, où il peut continuellement être avec son maître et se rendre utile, il lui faut tous les jours deux heures de promenade (env. 10 km), mais à bonne allure et sans laisse. Le berger des Pyrénées doit pouvoir se défouler en liberté, il ne s'éloigne d'ailleurs guère, la fougue des premières minutes passées. Souvent il trotte autour de son maître, l'air interrogateur. Il faut alors lui proposer des distractions, à défaut de véritable travail, sous forme de jeux, d'exercices d'obéissance, de recherche et rapport d'un objet "perdu" par le maître. Un berger des Pyrénées ne se fatigue que si son cerveau travaille aussi. Pour s'épanouir pleinement, cette race a besoin de travailler avec son maître.

Le Berger des Pyrénées est utiliser dans le domaines suivantes:

Chiens de catastrophe

Le chien de catastrophe ou chien de recherche en décombres. 
Le chien de catastrophe est formé pour rechercher des personnes ensevelies sous des décombres ou gravats. Le chien grâce à son flair et sa passion du travail arrive à retrouver des personnes et le montre à son conducteur en aboyant et en restant sur place. Le chien ne se laisse pas distraire durant son travail. Son attention est entièrement consacrée aux survivants. 
La formation se déroule chez REDOG.

Chien de berger

Grace à sa petite taille et son influx nerveux, le berger des Pyrénées est depuis de longues années sélectionné pour le travail sur troupeau. Il est surtout utilisé en montagne car très agile et robuste. Pour s’imposer sur des moutons largement plus grands que lui, il utilise la voix et peut pincer les moutons qui ne le respecteraient pas. Il travaille très près de son troupeau, contrairement à d’autres races.
Ce chien de petite taille, rustique, infatigable est toujours prêt à aider son maître et a été façonné par son environnement, la montagne. Grimper, sauter, rechercher le bétail égaré dans les montagnes, mener son troupeau sur les alpages. Voilà la première fonction du Berger des Pyrénées. Son intelligence et sa vivacité ont été appréciées des bergers. L’approche du travail sur troupeau diffère entre le Border Collie et le Berger des Pyrénées.

Chiens de recherche sur le terrain

Recherche de personnes disparues .
les conducteurs se font guider par le flair du chien afin de détecter des personnes atteintes de démence qui se sont perdues en ballade. Ou alors ils retrouvent des randonneurs inconscients tombés en montagne. L’odorat des chiens est de loin supérieur à celui de l'homme. Les chiens de recherche de personnes disparues quêtent de vastes régions escarpées et difficiles d’accès afin de retrouver celles-ci. Une autre manière pour le chien de retrouver des personnes disparues est le Mantrailing: au contraire du chien de recherche qui couvre systématiquement une zone étendue, le chien spécialisé dans le domaine du Mantrailing suit la trace individuelle de la personne disparue.
( REDOG )